';

  • fr

MONT BLANC (50) – Chaudière 5MW VAPEUR – Fabrication produits laitiers

Le projet

Mont Blanc est un industriel français spécialisé dans la collecte de lait, sa transformation et commercialisation. L’entreprise assure la production de desserts laitiers et de lait concentré et consomme énormément de vapeur dans sons processus de production.

Mont Blanc a donc fait le choix de la biomasse pour couvrir une partie de ses besoins.

 

Le choix de l’énergie renouvelable

Mont Blanc a fait le choix de la biomasse pour plusieurs raisons. La première est en lien avec la démarche qu’elle a engagée pour réduire empreinte environnementale de ses produits et de son activité.
Le recours à une chaufferie biomasse lui permet de sécuriser sa fourniture d’énergie ; l’entreprise n’est plus dépendante des fluctuations des énergies fossiles et des risques géopolitiques qui peuvent intervenir. Aussi l’approvisionnement est assuré dans un rayon proche dans le bassin local proche permettant de réduire les coûts liés au transport.

Financement et emploi

L’investissement global s’élève à 2 350 k€. L’entreprise a pu obtenir des subventions de l’Etat (+50%). Ce projet a également eu un impact sur l’emploi local; le développement de la filière bois énergie et l’exploitation de la chaufferie ont permis de créer 4,5 équivalent temps plein

La chaudière et les équipements COMPTE.R

COMPTE.R a été missionnée pour la chaudière et les équipements en aval notamment pour la gestion des émissions de poussières.

  • Une chaudière vapeur de type ATAF est installée. Elle peut atteindre une puissance thermique maximale de 5MW et produire 6,8 t/h de vapeur (17 bar saturé). Cette gamme de chaudière offre des rendements proches des 90%. L’alimentation en combustible est assurée par des échelles, un transporteur et un poussoir.
  • Un système de filtration est installé en aval de la chaudière pour traiter les fumées et capter une grande partie des particules (rejets inférieurs à 20 mg/Nm3 à 11% d’O ). Ce système assure un taux de rejets au 2 delà de la réglementation (50 mg/Nm3).
  • Les cendres récoltées sont valorisées en filière agronomique (épandage agricole).